Vague cristalline sur fond de coucher de soleil

Jésus a choisi de nous appeler ses amis. Le connaître fait de nous des intimes du grand Roi de l’Univers. Si ce n’est pas une amitié d’égal à égal, nous avons pourtant le privilège de pouvoir vivre une fabuleuse relation d’amour entre le Créateur et sa créature.

L’amitié avec Dieu

Je ne vous appelle plus serviteurs… je vous ai appelés amis. (Jean 15:15)

Je me souviens de ce jour où une dame vivant au Brésil est venue me visiter. Je ne la connaissais pas et je fus étonné de ce qu’elle m’a expliqué. Elle faisait ce long voyage en Europe pour se rendre à certains endroits rencontrer des personnes que Dieu lui avait indiqué en prière. Lors de notre rencontre, elle me dit : “Dieu m’a demandé de rendre visite à ses amis.”

J’ai été bouleversé qu’elle vienne de si loin de la part du Seigneur pour me délivrer ce doux message. Une vague d’émotion m’a saisi de me savoir considéré par Dieu comme son ami. Qui suis-je donc pour avoir cette attention ?

Bien entendu je savais être en relation avec Dieu. Je savais qu’il m’aimait, je savais qu’il était là. Savoir est une chose, le réaliser en est une autre. J’ai soudain compris la valeur de cette amitié pour Dieu envers moi. Je ne crois pas qu’il y ait plus grand sujet de joie que d’être appelé ami de Dieu. Et nous le sommes tous.

Si vaste

Quand je contemple les cieux, ouvrage de tes mains, la lune et les étoiles que tu as créées : qu’est-ce que l’homme, pour que tu te souviennes de lui? Et le fils de l’homme, pour que tu prennes garde à lui? (Psaume 8:4-5)

J’aime me promener lorsqu’il fait nuit noire afin de contempler les étoiles sur les chemins de campagne derrière notre maison. Les galaxies m’émerveillent : elles sont si vastes, si massives, et pourtant elles ne sont qu’un infime reflet de la grandeur de Dieu. Dans ces moments-là j’ai le vertige de son immensité.

Quand je pense à Dieu, j’ai le vertige de son immensité.

Dieu est infiniment vaste. Il est plus grand que tout. Plus grand que l’océan, que le soleil, que les galaxies. Moi, je suis si petit : une créature limitée, un grain de sable dans cet univers. Comment une amitié est-elle possible entre Lui et moi ? Comment un océan peut-il s’éprendre d’une goutte ? Il me suffit d’y penser pour qu’une adoration monte dans mon coeur.

Et si proche

Mon âme te désire pendant la nuit, et mon esprit te cherche au dedans de moi. (Esaïe 26:9)

Quand je contemple les étoiles du ciel, je sais aussi qu’elles sont terriblement lointaines. Pour la plupart d’entre elles, il faudrait plusieurs vies à voyager à la vitesse de la lumière pour les atteindre. Dieu, au contraire, est plus près de moi que ma propre peau. Il a fait de chacun de nous sa demeure. Quelle pensée insondable !

Dieu est plus près de moi que ma propre peau.

Plus encore, il désire plus que tout se réconcilier et être en relation avec l’être humain. Il nous est proposé à chacun une amitié entre une goutte et l’océan. Une histoire d’amour entre un grain de sable et une galaxie. La question n’est pas de savoir si nous pouvons mesurer ou non ce mystère : la question est de savoir si nous saurons l’accepter joyeusement.

Devenir enfin ami de Dieu

Oh ! si mon peuple m’écoutait, […] je le rassasierais du miel du rocher. (Psaume 81:14-17)

Dieu t’attend, ami. Avec patience mais aussi avec des soupirs, son coeur est ouvert pour t’accueillir dès maintenant. Ô si seulement tu le rejoignais enfin ! Quelle joie ce serait pour toi. Il n’y a pas de péché si grand qu’il ne puisse effacer. De blessure trop profonde qu’il ne puisse guérir. Plus rien ne fait obstacle à l’amitié prodigieuse du Dieu Tout-Puissant avec toi, sa créature bien-aimée. Le chemin est ouvert en Jésus, tu n’as plus qu’à l’emprunter.

Seigneur comment puis-je mesurer l’immensité de ta grandeur ? Quel amour, quel privilège tu accordes à la moindre de tes créatures que de m’appeler ami ! Je suis une goutte, tu es l’océan. Tout tremblant, je choisis de l’accepter pourtant par ta grâce. Oui je me réjouis d’être ton ami, en qui tu places de l’affection. Sans pouvoir le mériter ni le comprendre, j’accepte que tu sois à la fois vaste et proche. A la fois majestueux et aimant. A la fois le souverain de l’Univers et mon tendre Père. Amen.

Vous voulez recevoir les nouveaux articles par email ?

Quelle fréquence d'envoi d'email vous convient ? *



Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien dans le bas de page de nos e-mails.
* champ obligatoire