L'agonie de Christ (partie 2)

Icône représentant plusieurs documents l'un sur l'autre Série : L'agonie de Christ
Icône horloge 5 min

souffrance  obéissance  croix 

Croix en bois vide avec des traces de sang dans un champ d'herbes hautes

Nous continuons à explorer l’agonie de Jésus vers la Croix et les raisons de son importance. Elle est un triomphe : il a vaincu le monde et a obtenu la gloire éternelle. En sa souffrance que nous partageons, Il a été élevé comme Roi des cieux et de la terre et nous a ouvert un chemin nouveau, un accès dès aujourd’hui à la présence de Dieu.

Parce que la Croix est son couronnement

Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en lui ait la vie éternelle. (Jean 3:14)

Les prophètes annonçaient un roi glorieux et triomphant, les juifs attendaient donc un libérateur politique pour les délivrer du joug romain. Mais ils ont mal interprété les récits d’autrefois car les oracles de l’Eternel annonçaient aussi son humilité et sa faible condition humaine.

A la Croix rien n’a manqué au triomphe du Christ et à la réalisation des Écritures.

La Croix glorifie Jésus plus que toute autre forme de victoire. Tout y est : il est couronné d’épines, élevé en haut sur cette montagne, couvert d’un manteau de sang, ses juges l’ont proclamé innocent et “Roi des juifs” dans trois langues, et il accomplit parfaitement la volonté de Dieu. A la Croix rien n’a manqué au triomphe du Christ ni à la réalisation des Écritures.

L’éclatante victoire de la Croix ne doit pas être minimisée : “Mais ton roi est humilié, pendu comme un vulgaire brigand” disent-ils. Mais qui est le plus grand en amour et en force ? Celui qui frappe l’innocent ou l’innocent qui se laisse frapper pour sauver les autres ? Celui qui envoie ses soldats mourir pour lui ou celui qui a le courage de mourir pour ses soldats ? Celui qui amasse des richesses qui pourrissent sur la terre ou celui qui se revêt des attributs célestes éternels ?

Tu es digne de prendre le livre, et d’en ouvrir les sceaux; car tu as été immolé (tué), et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation; tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. Je regardai, et j’entendis la voix de beaucoup d’anges autour du trône et des êtres vivants et des vieillards, et leur nombre était des myriades de myriades et des milliers de milliers. Ils disaient d’une voix forte : L’agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire, et la louange. (Apocalypse 5:9-12)

Que nul ne s’y trompe : Jésus l’Agneau a vaincu et il s’est assis à la droite de Dieu. Dans cette scène céleste de l’Apocalypse l’Agneau est élevé dans toute sa gloire. Tous les peuples et tous les anges l’adorent pour ce qu’il a accompli ! Son armée est nombreuse et prête à la bataille et il gouvernera les nations d’un sceptre de fer. Ce qu’il a fait nul ne l’a fait. Aucun homme, aucun pseudo-dieu aucune créature. Aussi il reviendra en vainqueur et tous plierons le genou devant lui.

Parce que nous portons sa Croix avec Lui

Comme ils l’emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix, pour qu’il la porte derrière Jésus. (Luc 23:26)

Les exégètes s’accordent pour dire que Simon de Cyrène représente l’ensemble des croyants qui portent derrière Jésus la Croix du calvaire. En cela se trouve la promesse de partager non seulement la plus noble des missions —celle d’aimer—, la gloire de Jésus, la rémission des péchés et l’oeuvre du salut, mais aussi le chagrin et la souffrance. Mais nous savons que Jésus marche devant et nous dans ses pas : il portera toujours la partie la plus lourde. Courage donc ! Quel honneur éternel se fût pour Simon de partager sur une courte distance le fardeau de Jésus-Christ.

Les insignes royaux de ceux que Dieu a oint sont leurs difficultés, leurs douleurs, leurs chagrins.

Oui souffrir est l’honneur du Christ et le nôtre. Alors que tu marches dans ses pas, ami, souviens-toi que chaque souffrance, chaque chagrin est un joyau sur ta couronne. Souffrir pour la cause de Christ est un honneur : les apôtres se réjouissaient d’avoir été trouvés dignes de souffrir pour lui. Les insignes royaux de ceux que Dieu a oint sont leurs difficultés, leurs douleurs, leurs chagrins. Chaque fois qu’on te blesse, qu’on t’humilie, qu’on te méprise en tant qu’enfant de Dieu c’est un joyau qui est ajouté à ta couronne.

Parce que sa mort a ouvert l’accès à la présence de même de Dieu

Ainsi donc, nous avons une pleine liberté pour entrer dans le lieu très-saint, grâce au sang du sacrifice de Jésus. Il nous en a ouvert le chemin, un chemin nouveau et vivant à travers le rideau du sanctuaire, c’est-à-dire à travers son propre corps. (Hébreux 10:19-20)

Sa chair brisée est un voile de séparation qui se déchire. L’agonie de la coupe de souffrance est un accès. Sans lui nous aurions été condamnés à vivre à distance de Dieu, à nous courber devant les exigences de la Loi pour ne pas périr. La nouvelle alliance est dans le sang de Jésus : cette nouvelle possibilité offerte gratuitement à chacun de goûter dès à présent à la présence de l’Eternel et aux délices de sa table.

Ceux qui croient simplement et qui entrent ainsi au travers du voile déchiré honorent la Croix et élèvent Jésus

Quand nous négligeons de nous tenir dans la présence de Dieu, par la prière et l’adoration, nous méprisons la Croix. Quand nous ne faisons que nous agiter pour garder notre influence personnelle ou celle de nos oeuvres, nous sommes de ceux qui ont crucifié Christ. Qu’alors Dieu nous pardonne ! Car nous ne savons pas ce que nous faisons.

Au contraire, ceux qui croient simplement et qui entrent ainsi au travers du voile déchiré, pour s’asseoir avec Christ dans les lieux célestes, honorent la Croix et élèvent Jésus. Ils rejoignent l’adoration céleste et ils proclament : “voici ce chemin a été ouvert au prix de la souffrance de notre sauveur, qu’au moins je l’emprunte pour reconnaître sa valeur !” Ne seront-ils pas accueillis par Jésus en personne lorsque l’heure de le rejoindre sera venue ?

Vous voulez recevoir les nouveaux articles par email ?

Quelle fréquence d'envoi d'email vous convient ? *



Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien dans le bas de page de nos e-mails.
* champ obligatoire