peinture murale colorée représentant des mains ouvertes

La communion avec le Christ est un élément central du nouveau testament. Pourtant nous avons seulement une vague idée de ce que cela veut dire pour nous. C’est bien plus vaste, profond et concret que vous ne le pensez.

Nous sommes en communion avec Lui.
(1 Jean 1:6)

Communier avec son amour

La première communion de l’âme qui a trouvé Dieu est celle de l’amour. Elle réalise alors que Dieu nous a aimé personnellement avant la fondation du monde. Cette pensée vertigineuse, à elle seule, propulse notre vie à un niveau de bonheur et d’espérance qu’aucune autre source ne peut nous donner.

Jésus est l’expression parfaite de l’amour du Père pour nous. Emprunter le chemin nouveau et vivant du sacrifice du Fils de Dieu à la Croix est une invitation à l’amour véritable. Communier avec Jésus c’est être en union avec l’amour parfait de Dieu, gratuitement offert et qui n’a pas de fin.

Désormais nous sommes un.

L’union est ce qui nous rend un. La communion implique donc qu’étant plusieurs au départ nous soyons dans une unité si parfaite que nous pouvons dire : “désormais nous sommes un.” C’est à ce niveau-là de relation que Jésus nous appelle avec Lui : sois un avec moi. Fais-tu un avec le Christ comme il est un avec Dieu ?

Communier avec ses désirs

Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi. (Galates 2:20)

Lorsque notre relation avec Jésus-Christ grandit, au fur et à mesure des mois puis des années passés à ces côtés, notre coeur se transforme. Notre être entier à vrai dire. Cette transformation opérée par le Saint-Esprit nous conduit à connaître davantage ce que Jésus désire.

Si vous êtes marié(e), vous savez que les années vous font connaître mieux que quiconque les désirs de votre conjoint. Vous savez ce qui lui plaît, ce qui lui déplaît, ce qui lui importe. De même la communion avec Christ nous conduit à aimer ce qu’il aime et à rejeter ce qui lui déplaît.

Une bonne façon de savoir si je communie vraiment avec Jésus est de mesurer l’écart qui sépare mes désirs des siens.

Je suis souvent interloqué quand j’entends des personnes expliquer que leurs désirs ne sont jamais contrariés dans leur relation avec Dieu. Si dès le départ Il aime toujours ce que vous aimez, Il pense et vois les choses comme vous, peut-être êtes-vous simplement en train de communier avec vous-même ? Mon expérience m’a montré l’inverse. Il m’est arrivé un nombre incalculable de fois d’être remis en question dans mes propres aspirations : je suis désarmé quand je vois ce qui importe à Dieu, et combien c’est différent de mes propres points d’attention. Lorsque je vois arriver des personnes nouvelles à l’église, j’irais naturellement vers celles qui me semblent sympathiques, chaleureuses ou intéressantes. Dieu me dit souvent : “Va plutôt voir cette personne seule qui a l’air renfrognée et peu engageante.”

Une bonne façon de savoir si je communie vraiment avec Jésus est de mesurer l’écart qui sépare mes désirs des siens. Si mes désirs semblent proches ou éloignés des siens. Si ma communion avec Lui me conduit à renoncer à mes propres aspirations, projets et compétences pour aller vivre là où se portent Ses désirs.

Communier avec ses souffrances

Connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort. (Philippiens 3:10)

Nous voudrions sans doute pouvoir communier avec l’amour de Jésus, et peut-être pour certains avoir le courage de changer nos désirs pour les siens en brisant notre confort. Mais où sont ceux qui voudront également partager ses souffrances et même en faire un sujet de joie ?

Choisir Christ est un menu complet, pas une vie à la carte. Ce n’est pas un buffet où nous pourrions choisir à notre convenance les plats de viande d’agneau, en laissant de côté les herbes amères. Celui qui cédera sa vie à Christ en totalité la retrouvera dans l’éternité. Les martyrs qui nous ont précédé en témoignent tous : “Cela vaut la peine.”

Ami, si vous souffrez comme chrétien, soyez assuré que votre souffrance n’est pas vaine, pour peu que vous fassiez le choix d’aimer le Christ malgré tout. Sa chair souffre avec la vôtre, son coeur saigne avec le vôtre, ses larmes coulent avec les vôtres. Rappelez-vous que rien ne lui a été épargné, ni rejet, ni coups, ni trahison, ni déchirement de la chair. En tout c’est Lui qui a déjà communié avec vous à la Croix et continue de le faire en cet instant même.

Jésus tu as communié avec moi le premier. Tu as tout offert sans rien garder pour sauver mon âme avant même qu’elle n’existe. Je n’ai d’autre vie que celle qui m’est donnée, aussi je choisis qu’elle soit en communion avec toi. C’est ce qui m’importe le plus à présent. Je ne veux plus vivre pour moi-même, mais pour mon Sauveur. Je désire, sans le mesurer, communier avec Toi autant qu’il est possible à un humble serviteur. Communier à ton amour, tes désirs et tes souffrances. Aide-moi à recevoir ce qui fait du bien, à changer ce qui doit s’aligner et à accepter ce qui est douloureux. Sachant avec confiance que tout produit l’espérance en Christ que nul ne peut m’enlever. Amen.

Vous voulez recevoir les nouveaux articles par email ?

Quelle fréquence d'envoi d'email vous convient ? *



Vous pouvez vous désabonner à tout moment en cliquant sur le lien dans le bas de page de nos e-mails.
* champ obligatoire